Créer son entreprise en Suisse : les 5 étapes essentielles

Post Image

Vous y êtes : vous avez décidé de créer votre entrepriseMais vous vous posez encore de nombreuses questions et c’est tout à fait normal : les choses à savoir avant de se lancer sont nombreuses et il peut être difficile de penser à tout.

Choix des statutsbusiness plananalyse de marchéstratégie marketing… Souvent, lorsqu’on décide de créer son entreprise, on est submergé et on ne sait pas par où commencer. Alors, pour bien faire, voici notre guide des choses indispensables à connaître afin de vous lancer avec méthode et efficacité dans l’aventure de l’entreprenariat !

 

Créez votre entreprise avec NewCo

 

1ère étape : Le choix de la forme juridique

En fonction de l’activité que vous avez décidé de développer, deux chemins s’offrent à vous. Les quatre types de formes juridiques les plus fréquemment utilisées pour la création d'entreprise en Suisse sont :

L’entreprise individuelle : composée d’une personne, elle ne nécessite pas de capital minimum, et demande une inscription au registre de commerce si le chiffre d’affaires dépasse les CHF 100’000.-. Vous devez toutefois vous inscrire à l’AVS pour obtenir votre statut d’indépendant.

La société en nom collectif : Composée de deux personnes physiques ou plus, ce statut juridique ne nécessite pas de capital minimum. Vous devez cependant inscrire votre entreprise au registre du commerce.

La société à responsabilité limitée : Sàrl : elle est composée d’une personne physique ou morale ou plus, elle se crée lors d’une assemblée constitutive devant notaire. Vous devez, par ailleurs, réaliser une inscription au registre du commerce, et avoir un capital minimum de CHF 20'000.- pour la créer. 

La société anonyme : SA : elle est composée d’une personne physique ou morale ou plus et le capital minimum nécessaire pour la créer est de CHF 100'000.-. Elle est imposée sur les bénéfices et les dividendes des actionnaires, ce type d’entreprise se crée également lors d’une assemblée constitutive devant notaire, et nécessite une inscription au registre du commerce.

En bref, pour bien choisir, analysez tous les avantages et les inconvénients et retenez une chose : il n’y a pas de mauvais statut juridique, il faut simplement qu’il soit adapté à vos projets !

 

2ème étape : La rédaction d’un business plan

Le business plan est en réalité le plan de développement de votre entreprise. 

Il va vous aider à vous projeter, afin de comprendre si oui ou non l’activité que vous souhaitez développer est réalisable.

Il vous aide également à évaluer la viabilité de votre projet grâce à l’étude de plusieurs aspects.

Il est composé de plusieurs parties :

- La partie descriptive qui permettra de regrouper les informations que vous aurez recueillies durant votre analyse de marché. 
- Le modèle économique (business model) Il vous permettra également d’expliquer ce que vous prévoyez d’appliquer en parlant des opportunités du marchés, des besoins et de la demande et du bénéfice de votre solution.
- Présentez ensuite votre équipe, ses compétences, et la trajectoire que vous souhaitez suivre.
- Décrivez ensuite vos produitsvos services, puis la concurrence qui vous entoure.
- Une partie financière chiffrée retranscrira vos analyses en estimant les besoins de financements éventuels. 

Grâce à cela, vous pourrez alors définir avec précision vos avantages concurrentiels et votre stratégie marketing


Pour monter votre business plan, attention à ne pas être trop optimiste. Ne sous-estimez pas la durée de lancement de votre entreprise. 

De même, ne sous-estimez pas certaines charges, et ne surestimez pas certaines sources de revenus.

La bonne astuce est de prévoir différents scénarios afin d’être prêt, quoiqu’il arrive.

Pour la réalisation de votre business plan, utilisez des outils informatiques prévus à cet effet

L’enjeu ici, c’est d’être le plus précis possible, en n’omettant aucun détail.

Tout doit y passer : salairescharges socialescharges d’entretienbudget communication et marketingloyer des locaux commerciauximpôtsintérêts, etc.

En bref, soyez exhaustifet surtout réaliste, et n’hésitez pas à faire appel à des professionnels pour faire faire ou contrôler votre business plan !

 

3ème étape : La fondation de son entreprise

Lorsque vous souhaitez devenir indépendant, il est nécessaire de remplir un formulaire d’affiliation, que vous pourrez trouver sur le site de la caisse de compensation. En annexe, vous devrez fournir des justificatifs tels que les copies des factures déjà établies, des conventions conclues, des offres effectuées, votre papier à en-tête, le bail de votre loyer ou encore l’assurance Responsabilité Civile (RC).


Si vous souhaitez fonder votre Sàrl ou votre SA, vous devrez suivre plusieurs étapes.


1) Vérifier la disponibilité de la raison sociale que vous souhaitez établir.

2) Déposer le capital social auprès d’une banque sur un compte de consignation. Pour une SA, le montant s’élève à CHF 100'000.-. Pour un Sàrl, le capital social est de CHF 20'000.-. Ensuite, grâce à une attestation, la banque certifiera que le capital a été versé.

3) Le ou les fondateurs de l’entreprise signent l’acte authentique devant notaire. Ils déclarent fonder une SA ou Sàrl, et arrêtent le texte des statuts qu’ils ont choisi. 


Pour une Société Anonyme (SA), il est également essentiel de nominer le conseil d’administration ainsi que l’organe de révision. Mais avec l’accord de tous les actionnaires, la société peut renoncer à effectuer un contrôle restreint si elle ne dispose pas de plus de 10 employés à temps plein : c’est ce que l’on appelle un Opting-Out.


Pour une société à responsabilité limitée (Sàrl), il est nécessaire de désigner l’associé gérant ou le gérant, ainsi que l’organe de révision. Comme pour la SA, il est possible de réaliser un Opting-out.

4) Vous devez ensuite vous inscrire au Registre du Commerce. Pour ce faire, le ou les administrateurs apposent leurs signatures sur la demande d’inscription, qui sera envoyée au Registre du Commerce. C’est bel et bien grâce à cette inscription au Registre du Commerce que votre entreprise va acquérir la personnalité juridique.

5) Dès la réception de l’extrait du Registre du commerce, l’entreprise dispose de son capital libéré et peut s’en servir immédiatement pour le paiement du loyer, des salaires, des charges, etc.

Pour réussir à passer ces 5 étapes sans encombre, laissez-vous guider par NewCo ! Au départ, il vous suffit simplement, en quelques minutes, de remplir un formulaire interactif depuis chez vous, pour expliquer quel est votre projet. Puis, vous aurez accès à un tableau de bord où vous serez entièrement guidé dans les démarches à effectuer. En 7 joursvotre entreprise sera créée, sans encombre et surtout sans fausse note administrative.

 

4ème étape : La souscription d’assurances pour les employés et l’entreprise

Lorsque vous édifiez votre entreprise, vous devrez faire appel et choisir des assurances sociales et commerciales, afin d’assurer vos employés et votre entreprise.

Vous serez sollicité à choisir et à vous inscrire en tant qu’employeur auprès d’une caisse AVS (Assurance Vie et Survivants) regroupant :

- une AI  (Assurance Invalidité)
- une APG (Allocation pour la Perte de Gain)
- une AC (Assurance Chômage)

Il vous faudra alors annoncer auprès de celle-ci tous vos employés et également vous-même si vous êtes gérant.

Si les salaires dépassent le montant annuel de CHF 21'150.-, vous aurez l’obligation d’inscrire vos employés auprès d’une caisse assurant les rentes du 2ème pilier : LPP.

Si vos employés travaillent moins de 8h00 par semaine, vous ne devrez souscrire qu’à la LAA sur les accidents professionnels.

En revanche, si leur temps de travail est égal ou supérieur à 8h00 par semaine ; vous devrez souscrire une LAA accidents professionnels et non professionnels.

Vous devrez souscrire aussi plusieurs assurances pour votre entreprise :

- RC : l’assurance de la responsabilité civile
- L’assurance d’indemnité journalière en cas de maladie
- L’assurance de chose (incendie, vol, dégâts d'eau, bris de glaces)
- L’assurance de protection juridique

L’objectif ? Vous protéger coûte que coûte du moindre imprévu, pour que votre activité ne soit pas mise en péril ou en difficultés !

 

5ème étape : La tenue d’une comptabilité

S’il y a bien un domaine qui fait souvent peur aux créateurs d’entreprise, c’est la comptabilité !


Cependant, tenir une comptabilité est une obligation légale, et un point incontournable pour votre gestion.


Les règles et procédures comptables sont essentielles pour suivre et mesurer l’évolution de la croissance et le résultat économique de votre entreprise. 


Et en effet, une comptabilité claire permet de piloter correctement votre activité


Elle vous aide à réaliser les choix les plus judicieux, en fonction de la conjoncture économique car la moindre décision que vous allez prendre doit être basée sur des faits réels et des chiffres authentiques.


Les informations comptables se doivent d’être parfaitement établies du fait quel les enjeux sont grands.


Si vous n’êtes pas à l’aise avec les chiffres, vous devez impérativement vous entourer de professionnels dès le départ


Ils vous aideront à établir des budgets, à suivre l’évolution de vos charges, et à équilibrer votre résultat pour rendre votre entreprise pérenne. 


Attention toutefois : si votre entreprise réalise un chiffre d’affaires supérieur à CHF 100'000.- par an, vous devrez obligatoirement vous déclarer auprès de la TVA et établir les décomptes de façon trimestrielle ou semestrielle.


D’autre part, dès que vous démarrerez votre activité, pensez à bien garder toutes les facturesmême si celles-ci interviennent un peu avant la création de l’entreprise.


Vous verrez, tenir une comptabilité assidue tout au long de l’année est primordial : chaque année, vous devrez faire le bouclement des comptes, en préparant un bilan, ainsi qu’un compte de résultat. Aucune information ne doit être omise ou laissée au hasard. Gardez toujours en tête que la précision est votre mot d’ordre ! A noter également que les sociétés de capitaux devront établir une annexe comptable, afin de compléter le compte de résultat. Pour finir, lorsque vous avez réalisé ce bouclement, vous devez établir votre déclaration fiscale.


Oui, les formalités comptables sont multiples. Et même si les informations à retenir sont nombreuses, vous verrez que vous n’êtes pas seul pour tout gérer. Vous pouvez facilement vous tourner vers des solutions clés en main qui vous accompagnent dans cette gestion, et qui vous permettront ainsi de vous décharger de certains poids et de vous consacrer plus à votre business !

 

Conclusion

Vous l’avez compris ! Pour créer son entreprise, il est essentiel de plancher sur quelques points cruciaux. Mais attention à ne pas voir ces diverses étapes comme des contraintes ! Au contraire, elles vous aident à y voir clair et à affiner les détails de votre projet. De cette façon, vous pourrez monter une entreprise qui vous ressemble, et qui a de vraies chances de réussite sur le long terme.

Après tout, votre business mérite de traverser les années, d’accord ?

More articles

Create your business with NewCo

A simple, fast approach to create your online business: entrust your administrative procedures to a reactive team.

Start now